Blogue

Gin et jus: le cocktail parfait! Notre top 5 de recettes à la Oasis

Catégorie : Tout sur Oasis

La vedette de l’heure et le nouveau chouchou des microdistilleurs, le gin est un spiritueux qui ne date pourtant pas d’hier, puisqu’il s’affirme incontournable sur glace ou en cocktail fruité depuis le 17e siècle, rien de moins.

Comment est fabriqué le gin

À la base, le gin est un alcool neutre obligatoirement concocté à partir de baies de genièvre, d’où son nom. Des céréales telles le seigle, l’orge, le blé ou le maïs sont aussi utilisées dans la première distillation, voire même certaines herbes comme la coriandre et la racine d’angélique. Par la suite, les microdistilleurs peuvent choisir d’aromatiser cette première mouture en y ajoutant des épices, des fleurs, des herbes, des fruits, etc. avant de redistiller le tout. Le taux d’alcool minimum exigé d’un gin change d’un pays à l’autre, de 37,5 % en France à 40% aux États-Unis, par exemple.

Les familles de gin

Il existe plusieurs types de gin, avec chacun sa personnalité et son profil de fabrication. Attention! Les experts ne s’entendent pas toujours, certains se limitant à trois, quatre familles de gin, alors que d’autres parleront de sept, voire dix, sortes de gin. Si on exclut certaines marques produites exclusivement dans une ville, selon un cahier de charges exclusif, on peut rassembler la plupart de gins vendus en tablette dans cinq catégories grand public:

London Dry Gin — Il s’agit d’un gin sec aux arômes naturels (genévrier, coriandre, racine d’angélique, écorces d’agrumes) ajoutés lors de la première distillation. Ce type de gin ne comporte aucun arôme ou colorant ajouté en deuxième distillation. C’est le classique des classiques utilisé dans le traditionnel martini, mais aussi dans plusieurs cocktails incontournables.

Gin distillé — Ce gin est distillé deux fois, avec l’ajout de végétaux naturels, dits «botaniques» durant la première distillation, puis des arômes artificiels ou non en deuxième distillation. Tout y passe: agrumes, herbes boréales, gingembre, cassis, concombre, etc. Les gins aromatisés qui dictent présentement la tendance appartiennent à cette catégorie.

Gin vieilli, ou Yellow Gin — Ce gin est de plus en plus recherché. À l’origine, le gin vieilli tenait sa couleur dorée et ses arômes boisés de la conservation et du transport en fûts. Aujourd’hui, ce type de gin peut aussi être obtenu en macérant des fruits dans l’alcool. Pensons au gin québécois Ungava, dont le jaune éclatant provient du mélange (secret) d’herbes boréales entrant dans sa fabrication. À savourer sur glace, dans les cocktails relevés d’agrumes ou de vin mousseux.

Old Tom Gin

Ces gins ont le profil d’un London Dry Gin, à la différence qu’on y ajoutait du sucre à l’origine. Les mauvaises langues diront que c’était pour cacher une distillation approximative et/ou des ingrédients médiocres. Old Tom ferait référence à l’origine maison de ce gin du peuple. Aujourd’hui, les Old Tom connaissent un regain de popularité dû au retour en force des cocktails et notre amour du rétro. C’est le gin parfait pour un Old Fashioned, un punch au gin ou un cocktail citronné.

Sloe Gin

Malgré son nom, le sloe gin est en fait une liqueur, confectionnée à base de gin dans laquelle on fait macérer des fruits comme de la prunelle. Les sloe gins sont souvent vieillis en fûts de chêne. En raison de leur saveur, ils se dégustent surtout sur glace pour en savourer toutes les subtilités, mais se prêtent aussi au gin-tonic ou aux cocktails additionnés de vins mousseux, entre autres.

De médicament à «gin palace»

Difficile d’imaginer un spiritueux plus russe que la vodka ou plus british que le gin. Et pourtant, la paternité de cet alcool plus populaire que jamais revient à la Hollande. En effet, c’est ici qu’au 15e siècle, la première version d’une eau-de-vie à base de baies de genièvre, appelée «Genever», aurait été créée et consommée pour ses vertus médicinales. La boisson fera le saut en Angleterre deux siècles plus tard, quand des soldats anglais participant à la guerre de Trente Ans la ramènent dans leurs bagages. Les distilleurs anglais modifient la recette pour la rendre plus ludique et anglicisent le nom: le «gin» est né!

Le gin serait-il resté dans l’ombre sans la religion et la politique, allez savoir. Durant les guerres de religion, le très protestant William d’Orange, roi d’Angleterre de 1689 à 1702, interdit l’importation de brandy, de cognac et de vins provenant de la très catholique France. Les amateurs de spiritueux n’ont pas le choix de se tourner vers d’autres alcools et s’entichent de gin. La petite histoire raconte que, dans la seule ville de Londres, un foyer sur quatre possédait son propre alambic pour concocter un gin maison! La popularité du gin connaîtra ensuite des hauts et des bas, celui-ci étant notamment frappé de plein fouet, dans les années 1750, par le prix exorbitant des grains dû à plusieurs années de mauvaises récoltes. (Notons qu’on doit à cette même pénurie de céréales le soulèvement du peuple français qui, à court de pain, en finira par guillotiner Louis XVI et Marie-Antoinette!)

Contrairement au roi de France, le gin survit et inspire la création de plus de 5000 «gin palaces» de luxe dans l’Angleterre victorienne du 19e siècle. Durant la même époque, les soldats anglais au sein de certaines colonies comme l’Inde ajoutent du gin à leur tonique contre la malaria, menant à la naissance du célèbre… gin-tonic.

Le gin au Québec

Le premier gin québécois lancé voilà une décennie déjà, le gin Ungava du Domaine Pinnacle signale un tournant historique dans l’industrie de la microdistillerie d’ici. Avec son profil unique à base de végétaux de la toundra, il fait jaser le Tout-Québec. Les aromates de la forêt boréale, dès lors utilisés par nos microdistilleurs, ont beaucoup contribué à développer l’unicité de nos gins locaux. Les petits fruits comme la canneberge, la framboise et la camerise font plus que garnir nos verres à cocktail: ils s’insinuent désormais dans la fabrication de gins fruités qui gagnent en popularité, surtout à l’été. Le gin sait aussi se donner en spectacle! Les amateurs de nouveautés voudront découvrir les gins bleus à base de fleur de pois, qui tournent au rose ou au violet sous nos yeux dès qu’on y ajoute un autre liquide.

Au cours de la dernière décennie, les Québécois sont devenus de grands amateurs de gin. En 2020, les ventes de ce spiritueux ont atteint les 379 millions de dollars au Canada et ont plus que doublé durant la même période au Québec. Nos producteurs lancent tant de nouveaux gins qu’un total est hasardeux et vite dépassé: contentons-nous de dire qu’il se produit présentement plus de 130 gins au Québec, grâce à la passion acharnée d’une bonne cinquantaine de microdistilleurs assoiffés d’expérimentation et de nouveauté. Pas banal pour un spiritueux avec plus de cinq siècles derrière la cravate! Vous avez envie de les découvrir ? Sachez qu’il existe une route des distilleries, appelée Les gins du Québec, pour faire la tournée de plusieurs fleurons du terroir québécois.

Comment concocter un cocktail maison

De tous les spiritueux, le gin est sûrement celui qui inspire le plus les mixologues avec ses multiples arômes à même de transformer n’importe quel cocktail. Quelques ingrédients, des glaçons, un skaker et c’est servi! Gimlet, Negroni, Pink Lady, Blue Moon, Singapore Sling, etc.: la liste de cocktails fruités à base de gin ne cesse de s’allonger.

Il faut dire que le gin s’acoquinant volontiers aux jus de fruits pour ensoleiller nos étés, il fait délicieusement la paire avec le jus d’orange, d’ananas ou de petits fruits qui comptent parmi les spécialités Oasis. Nul besoin de recette officielle pour créer votre propre cocktail signature avec un minimum d’ingrédients sous la main.

Ingrédients

  • 3 à 4 oz de votre gin préféré (Québécois, pourquoi pas!)
  • 10 oz de jus de fruits Oasis, au choix
  • Glaçons
  • Garniture(s): quartier de fruit, brin de menthe ou romarin, parasol, etc.

Dans un shaker, combinez le gin et le jus de fruits. Servir sur glace avec les garnitures choisies.

Pour une version pétillante, ajoutez simplement du tonic. Pour une version sucrée, ajoutez du sirop de sucre maison ou du commerce.

Vous préférez une recette qui a démontré son succès?

Voici notre trop 5 des cocktails faciles à réaliser

  1. Le classique: Smash Gin Basilic

Le Smash Gin Basilic compte parmi les cocktails au panthéon de la mixologie. Créé à Hambourg, en 2008, il n’est pas sans rappeler le populaire mojito, le gin remplaçant la tequila et le basilic se substituant à la menthe. Soif de l’essayer? Voici la recette. Psst… Plusieurs autres vous attendent dans notre site web, incluant des cocktails inédits concoctés par nos propres mixologues. Tchin!

Donne 1 cocktail

Ingrédients

  • 3 oz de gin au choix
  • 1 ½ oz de jus d’ananas Oasis
  • ¾ oz de jus de lime
  • ¾ oz de sirop simple
  • Glaçons
  • 5 feuilles de basilic frais
  • 60 ml (¼ tasse) de club soda

Pour la recette complète c’est par ici!

2. L’original: Piña colada au curaçao bleu

La plupart des historiens place l’invention de la piña colada au 20e siècle, soit autour des années 50, au Caribe Hilton Hotel ou au bar La Barrachina, tous deux à San Juan, Porto Rico. Si la piña colada traditionnelle est à base de rhum blanc, de crème de coco et d’ananas frais ou congelé, il existe de multiples variations basées sur différents alcools, comme le Amaretto colada et le Téquila colada. Voici une version originale, à base de curaçao et de lait condensé.  

Donne 2 cocktails

Ingrédients

  • 4 oz de dry gin sec
  • 1 oz de Curaçao bleu
  • 8 oz de jus d’ananas Oasis
  • 1 1/2 oz de lait condensé sucré
  • Glaçons
  • 2 quartiers ou rondelles de citron

Pour la recette complète c’est par ici!

3. Cocktail Miel pomme

Donne 1 cocktail

Ingrédients

  • 45 ml (1 1/2 oz.) de gin sec
  • 30 ml (1 oz) de jus de pomme Oasis
  • 20 ml (2/3 oz) de jus de lime
  • 15 ml (1/2 oz) de miel
  • 2 feuilles de basilic
  • Glaçons
  • 1 tranche de pomme ou citron

Pour la recette complète c’est par ici!

4. Le Red Snapper

Ingrédients

  • 2 onces de gin
  • 4 onces de jus de tomate Oasis
  • 1/2 once de jus de citron
  • 6 traits de sauce Tabasco
  • 4 traits de sauce Worcestershire
  • 2 pincées de poivre noir
  • 2 pincées de sel de céleri
  • 2 quartiers de citron vert
  • 1 tige de céleri

Pour la recette complète c’est par ici!

5. Le classique Greyhound

Ingrédients

2 onces de gin
4 onces de jus de pamplemousse Oasis Ruby Red

Pour la recette complète c’est par ici!

Infolettre