Activités physiques : les tendances pour 2017 - Oasis

Activités physiques : les tendances pour 2017

Publié le 15 Décembre 2016

Quelles sont les activités de mise en forme qui gagneront en popularité au cours de la prochaine année? Et quelles sont celles qui poursuivront sur leur lancée? Lisez ce qui suit pour le savoir.

Chaque année, le Collège américain de médecine sportive publie les résultats d’un sondage effectué auprès d’un grand nombre de professionnels de la santé et de la mise en forme de partout sur la planète. Celui-ci recense les tendances globales en matière de mise en forme pour l’année à venir.

Parmi les cinq tendances les plus souvent mentionnées par les 1 800 spécialistes interrogés pour 2017, on souligne :

  • Les gadgets technos « portables », qui permettent de mesurer la performance et de dresser un portrait de sa condition physique (montre intelligente, moniteur de fréquences cardiaques, appareil de géolocalisation, etc.).
  • L’entraînement par le poids du corps (bodyweight training). C’est un entraînement qui utilise le poids du corps comme résistance. Il ne nécessite donc pas d’équipement complexe et se pratique partout.
  • L’entraînement par intervalles à haute intensité (high intensity interval training ou HIIT). Ce type d’entraînement, généralement réalisé sur une période de 30 minutes, consiste à alterner entre des poussées d’activité intense et de courtes périodes de récupération.
  • Les entraîneurs accrédités. Il faut tout simplement se faire accompagner par un entraîneur ayant reçu une formation reconnue.
  • L’entraînement musculaire (musculation). Il s’agit d’un entraînement qui vise à améliorer la force musculaire par des exercices de résistance comme le lever de poids, notamment.Si ces tendances – dont plusieurs font partie du paysage depuis quelques années – ont été observées par nombre de professionnels à l’échelle planétaire, qu’en est-il plus près de nous?

Fitness woman hand with application icons wearing watchband(Source: Fotolia)

Pour le savoir, nous avons demandé à des entraîneurs d’ici de nous dire quelles sont, selon eux, les tendances en matière de mise en forme pour 2017.

1. L’entraînement par intervalles à haute intensité (HIIT)
Pratiqué ici depuis quelques années, le HIIT est un entraînement par intervalles qui consiste à alterner entre des périodes de travail intense et de courtes périodes de repos. « Les gens sont pressés. Ils n’ont pas beaucoup de temps, ils veulent des résultats rapides », mentionne d’emblée Paméla Boucher, entraîneuse personnelle et naturothérapeute, au sujet de la popularité grandissante de ce type d’entraînement.

Brian Jalbert, kinésiologue, entraîneur personnel de la marathonienne Geneviève Asselin-Demers et entraîneur dans un grand centre d’entraînement, tire les mêmes conclusions : « En entraînement de haut niveau, on parle de plus en plus d’entraînement par intervalles », constate-t-il. « Il semblerait que pour l’instant, c’est ce qu’il y a de mieux. Même les longues distances, on en aurait de moins en moins besoin », ajoute-t-il en faisant référence à une conférence donnée par Guy Thibault, professeur associé au Département de kinésiologie de l’Université de Montréal, et par Arianne Raby, grande gagnante chez les femmes au marathon Oasis de Montréal 2016.

Ainsi, le HIIT continuera selon lui de gagner des adeptes au cours de la prochaine année. « Ça reste [populaire], parce que les gens n’ont pas plus de temps. »

 Jumping rope close up(Source: Fotolia)

2. L’entraînement privé avec un professionnel
Paméla Boucher remarque que l’entraînement privé sous la supervision d’un professionnel continue de prendre du galon. « Je pense que les gens sont curieux. Ils vont chercher un entraîneur pour maximiser leurs résultats ou bien parce qu’ils ont peur de se blesser […]. Les gens sont aussi plus informés. Ils m’arrivent avec des données qu’ils ont vues sur le Web et veulent savoir si c’est vrai ou faux. C’est bien de savoir que les gens se documentent. Ils sont curieux de voir ce qui est bon pour eux. »

3. L’entraînement par le poids du corps : le TRX et le… surf
Le TRX (Total Resistance eXercise) est un type d’entraînement qui utilise des courroies ajustables – que l’on suspend à un système d’ancrage fixé à une poutre, à un mur ou au plafond – avec lesquelles le poids du corps sert de résistance.

Selon Paméla Boucher, il continuera sur sa lancée en 2017. « Si on va en Californie ou à Miami, sur la plage, tout le monde a ça, c’est très populaire. Je pense qu’ici on connaît un peu moins, mais les gens aiment [ce type d’entraînement] parce que c’est accessible pour tout le monde et que ça se traîne partout. »

Janic Lessard Forcier, kinésiologue et entraîneur privé à domicile, abonde dans le même sens : « Le TRX est de plus en plus populaire, car on peut faire plusieurs exercices simplement avec le poids du corps. On peut attacher les courroies n’importe où, ça prend peu de place et c’est bien pour ceux qui n’aiment pas trop les haltères. »

Et si on se fie à l’attrait grandissant pour le surf, la tendance aux entraînements par le poids du corps est là pour de bon. « En ce moment, on voit des entraîneurs qui lâchent tout pour aller partir leur école de surf au Costa Rica! Encore une fois, c’est le poids du corps [qu’on utilise pour se garder en équilibre sur la planche]. La tendance est à ça », soutient Paméla Boucher.

 Great TRX workout.(Source: Fotolia)

4. Les cours en groupe : du cardiomilitaire au piloxing, en passant par le cize
« Ici, les cours en groupe reviennent en force. Ça avait diminué pendant quelques années », note Brian Jalbert. Parmi les nouveautés, il mentionne une série de cours basée sur la technique mise au point par le fils de l’athlète néo-zélandais Leslie Mills, Philip, dans les années 80. Il s’agit d’exercices de musculation, de cardio et de flexibilité, réalisés sur des chorégraphies rythmées.

« Les cours de cardiovélo (spinning) sont encore très populaires. Ils rejoignent ceux qui aiment les activités plus intenses, les sports extrêmes », ajoute l’entraîneur.

Janic Lessard Forcier mentionne de son côté des nouveautés comme le piloxing, un sport qui associe pilates, boxe et ballet, ainsi que le cize, des exercices de cardio et de musculation effectués sur une chorégraphie de danse.

Toujours dans les cours en groupe, les entraînements de type cardiomilitaire (bootcamp), assez répandus depuis plusieurs années, continueront de croître en popularité, selon Paméla Boucher. « Ce qui est le fun avec les bootcamps, c’est qu’il y a beaucoup d’exercices de cohésion. Les gens s’entraînent ensemble. C’est difficile, mais c’est difficile pour tout le monde. »

Janic Lessard Forcier constate aussi l’attrait continu pour ce type de cours. « Les gens aiment l’entraînement varié, intense et pouvant être pratiqué n’importe où. »

Young girl is doing sport Spinning in the gym for fitness(Source: Fotolia)

5. Les épreuves d’endurance et l’engouement continu pour la course
Le triathlon et la course, qui ont le vent dans les voiles depuis quelques années déjà, continueront de gagner des adeptes, selon Brian Jalbert. « J’ai aussi beaucoup de demandes pour les méga-épreuves, les [courses sur] ultralongues distances. On dirait que les gens ont besoin de se prouver et ils se tournent vers des activités extrêmes », note le spécialiste.

Même son de cloche du côté de Paméla Boucher, qui perçoit dans ces épreuves le désir de relever des défis en groupe. « On le voit avec les spartan races (des courses de plusieurs kilomètres comprenant des obstacles comme des fils barbelés, des cordes, du feu, de la boue, etc.). Les gens aiment ça. C’est difficile, mais ils en redemandent. » Elle observe aussi un attrait continu pour la course plus conventionnelle.

C’est un constat que partage Janic Lessard Forcier. « C’est si simple. Elle [la course] est à un sommet de pratique. Il suffit de peu d’équipement […] et c’est gratuit! »

Mud race runners(Source: Fotolia)

Simplicité et accessibilité avant tout
Ainsi, à défaut de prévoir l’arrivée en force de plusieurs nouveaux sports en 2017, les entraîneurs consultés voient surtout la progression de tendances bien installées.

Selon Paméla Boucher, toutefois, une chose est sûre : « La tendance est de prendre soin de soi, de se pousser, mais dans la limite du raisonnable, et d’aller avec ce que notre horaire nous permet. »